Au début était la grève. Les grèves du travail des sans-papiers : l’appropriation de routines conflictuelles

© Emeline Zougbédé

Ce dossier de la Revue Européenne des Migrations Internationales « centré sur les effets conjoints des politiques de régulation, tant migratoires qu’économiques » interroge le durcissement des politiques migratoires à l’articulation des politiques de travail.

Dans l’article paru dans ce numéro, je questionne les grèves du travail des sans-papiers soutenues et organisées par la CGT.

Résumé. À travers le cas de quatre grèves ethnographiées entre 2017 et 2019, cet article questionne les grèves du travail des sans-papiers soutenues et organisées par la CGT. Longtemps, ces grèves ont pu apparaître comme des « mobilisations improbables ». Il est ici proposé de les expliciter en montrant combien elles tiennent de l’appropriation de routines conflictuelles. Les grèves dessinent un paysage institutionnel qui intègre la question du travail des sans-papiers à un fonctionnement économique, social et réglementaire, en le mettant à l’agenda syndical et politique. Dans le même temps qu’elle permet la levée de certains obstacles à la protestation collective pour les sans-papiers, l’appropriation de routines conflictuelles autorise l’accumulation de ressources militantes et la conversion d’espaces de négociation. Les récentes grèves du travail des sans- papiers apparaissent donc moins improbables que davantage caractéristiques d’une action stratégique, en l’absence de réelles politiques migratoires de travail.

Abstract. [Once Upon a Time there was a Strike. Undocumented Workers’ Strikes and the Appropriation of Conflictual Routines] Through the case of four strikes observed between 2017 and 2019, this article questions the labor strikes of undocumented workers supported and organized by the CGT. For a long time, these strikes may have appeared as “improbable mobilizations”. This article proposes to make them explicit by showing how much they are the result of the appropriation of conflictual routines.The strikes draw an institutional landscape that integrates the issue of undocumented workers into an economic, social and regulatory functioning, putting it on the union and political agenda.The appropriation of conflictual routines both allows the removal of specific obstacles to collective protest and the accumulation of activist resources, through the opening of spaces of negotiation. The recent labor strikes by undocumented migrants appear less improbable than more characteristic of a strategic action, in the absence of real labor migration policies.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.