Mineurs non accompagnés et délinquance : déconstruire les info et préjugés

Par Julien Long & Emeline Zougbédé, Fellows de l’IC-Migrations et membres du projet MINA 93

Le 1er octobre 2020, une rencontre est organisée, à Rennes, entre Jordan Bardella, député européen et vice-président du Rassemblement National (RN), et des syndicats de policiers. Devant la presse, l’eurodéputé fustige l’augmentation de la délinquance en accusant explicitement les Mineurs Isolés Étrangers (MIE). Corrélant l’augmentation du nombre de ces jeunes avec celle des actes de délinquance, Jordan Bardella fait d’eux les principaux responsables d’un sentiment d’insécurité croissant dans les villes[i]. Plus récemment encore, une mission parlementaire s’est saisie de la question de sécurité publique associée à la présence de Mineurs Non Accompagnés (MNA) (mars 2021). Autant à la lecture du rapport qu’à celle de la synthèse qui l’accompagne, la superposition de problématiques rend confuse l’appréhension des phénomènes de délinquance des MNA.

Or, la complexité de ces phénomènes est réelle, du fait notamment de la difficulté à comptabiliser avec précision ces actes de délinquance, et à identifier la minorité ou la majorité des auteurs de ces actes, ainsi que leur inscription ou non dans des réseaux de trafic plus larges. Ainsi, en l’absence d’informations objectives et complètes accessible au grand public, les propos de désinformation fleurissent et les MNA[ii] sont la cible de discours calomnieux les désignant, dans leur ensemble, comme des délinquants.

Les discours dénonçant l’insécurité liée à la présence de ces mineurs étrangers sont amalgamés aux analyses essentialistes et culturalistes des faits récents de violences entre « bandes de jeunes » dont le milieu culturel d’origine expliquerait leur « ultra-violence ». Les mineurs non accompagnés, définis et perçus comme étant des délinquants, servent alors de bouc-émissaire aux problèmes publics et sociaux.

Pour lire la suite de la « Désinfox », c’est ici.


Notes

[i] Ce que différents articles de presse mettent en avant. Dans un article publié le 1er mars 2021, le quotidien régional Ouest France, relatait une certaine surexposition de nombreuses grandes villes face au phénomène de délinquance des mineurs non accompagnés.

[ii] Nous n’utilisons pas l’écriture adelphique (inclusive) parce qu’il s’agit de mettre l’accent sur le fait que la délinquance apparaît s’écrire davantage au masculin. Ce qui souligne aussi la permanence et prégnance des représentations des masculinités « noires » et « arabes », et des tous les fantasmes qu’elles charrient.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.