Penser la classe sociale d’émigrés/immigrés. Le déclassement et le reclassement par le travail et la monnaie

« Alexa, et les autres invités, peut-être même Georgina, comprenaient tous la fuite devant la guerre, devant la pauvreté qui broyait l’âme humaine, mais ils étaient incapables de comprendre le besoin d’échapper à la léthargie pesante du manque de choix. Ils ne comprenaient pas que des gens comme lui, qui avaient été bien nourris, n’avaient pas manqué d’eau, mais étaient englués dans l’insatisfaction, conditionnés depuis leur naissance à regarder ailleurs, éternellement convaincus que la vie véritables se déroulait dans cet ailleurs, étaient aujourd’hui prêts à commettre des actes dangereux, des actes illégaux, pour pouvoir partir, bien qu’aucun d’entre eux ne meure de faim, n’ait été violé, ou ne fuie des villages incendiés, simplement avide d’avoir le choix, avide de certitude »

Chimamanda Ngozie Adicihie, Americanah, 2013 (p. 409)

Si les personnes enquêtes dans la thèse n’ont pas vraiment le profil d’Obinze, personnage du roman de Chimamanda Ngozie Adichie, nigérian instruit dont la mère est professeure à l’Université de Nsukka, ils semblent avoir en commun ce désir de mobilités, que l’on pourrait traduire, pour aller vite, en désir d’émancipation.

Car l’analyse est bien complexe sur les raisons du départ en migration et permet d’entrevoir des jeux de places dans l’espace des positions sociales, un espace partagé entre les positions occupées dans les pays d’origine, en France, et construites en migration. Complexité qui se laisse déjà saisir dans ces quelques mots :

« Je travaille avec les vaches, c’est pas un travail de travailler avec les vaches. […] J’ai fait six mois comme ça. […] Moi je me suis dit qu’il faut que je vienne en France [parce qu’il y a aussi tous ses frères] » [Souanding, Malien, 22 ans et sans emploi au moment de l’entretien].

« Bon c’est déjà à travers les médias. Les médias parlent beaucoup sur la France, plus que sur les autres pays. Et à l’école aussi, on apprend le français et on parle en français » [Souleymane, 27 ans et commis de cuisine en CDI au moment de l’entretien].

© Emeline Zougbédé. Une rue à Lomé (Togo), dans le quartier de Nyekonakpoe (Novembre, 2019).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.