SAS : Les démocraties à l’épreuve des migrations contemporaines

Emeline Zougbédé


Ce numéro de la Sciences et Actions sociales entend participer à la compréhension des enjeux relatifs aux migrations et aux mobilités contemporaines en les envisageant comme des coproductions impliquant une diversité d’acteurs et d’espaces (migrants, acteurs politiques et institutionnels, mobilisations sociales pro ou anti-migrants, forces de l’ordre, médias, travail social, ONG, gestionnaires de « centres », école, etc.).

Dans un article paru dans ce numéro, Emeline Zougbédé relate les manières dont l’application  de la circulaire du 28 novembre 2012, dite circulaire Valls, amène à penser la mise en oeuvre d’une frontière entre « bons » et « mauvais » travailleurs sans-papiers.

Résumé. À travers l’examen du processus d’admission exceptionnelle du séjour au titre du travail que met en place la circulaire du 28 novembre 2012, cet article entend montrer comment une politique de régularisation participe de ce que l’on peut qualifier de « politiques de la frontière ». L’analyse de cette politique amènera à examiner les mécanismes qui commandent une partition entre « bons » et « mauvais » travailleurs « sans-papiers », entre travailleurs régularisables et irrégularisables. Il importera ainsi de démontrer que la régularisation par le travail impose à celles et ceux qu’elle commande une discipline à observer, symptomatique de formes contemporaines de biopouvoir et participe de fait à un dispositif de sélection des migrant·es.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.