Petits prolégomènes sur la prise en charge des Mineur·es non accompagné·es

Petits prolégomènes sur la prise en charge des Mineur·es non accompagné·es

In vino veritas

Image d’Épinal.

nom commun féminin,

estampe au sujet populaire et de couleurs vives

nom donné par Jean-Charles Pellerin (1756-1836), dessinateur, illustrateur et imprimeur français

au XVIIe siècle, l’imagerie employait des artisans graveurs sur bois, sur métal, puis sur pierre, des enlumineurs, dessinateurs et caricaturistes

Serait-ce cette image d’Épinal qui parcourt le monde ?Serait-ce par elle que des foules en nombre viennent grossir nos rangs ?  

Se battraient-elles pour cette image d’Épinal ?

Cet arbre aux feuilles rougeoyantes,

Desquelles poussent des lianes suspendues par un vent,

Pareil à un appel d’air,

Qui laissent à terre des milliers de sacs d’enfants…

Oui, c’est elle ! C’est elle,

Cette image,

Cet arbre,

Ces lianes rompues au vent

Qui ne laissent s’accrocher que quelques impétrants méritants.

Là-haut,

Nichés dans ses feuilles écarlates,

Ils auront la vie en hôtels

Et nous,

Nous en ferons la part belle

Quand nous nous féliciterons d’avoir pris les choses à temps.

C’est au nom de la République, Madame !

Elle ne peut accueillir que les plus vertueux.

On peut bien faire ce qu’on veut.

À bout de souffle,

Ces petits chanceux

Sauront bien qu’ici on s’arrache les cheveux.

Que du fond de leur dortoir,

Il n’y a point de mouroir.

Mais Monsieur,

Ce ne sont que des enfants !

Ne pourrait-on pas être plus accueillants ?

Au Diable Madame !

Ce ne sont pas que des enfants,

Ce sont aussi des immigrants.

À la fois migrant·es et jeunes à protéger, les mineur·es non accompagné·es (MNA) sont devenu·es un sujet important du débat public, avec l’augmentation rapide du nombre de personnes concernées. La question de leur prise en charge soulève des enjeux relatifs à la fois à la protection des personnes vulnérables, à la politique migratoire, et aux répartitions de compétences entre l’État et les collectivités territoriales. Cette question se traduit localement dans des réagencements professionnels, des tensions institutionnelles et les expériences contrastées des jeunes.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.