On ira jusqu’à la retraite !

« Ici ? Beh je serais là jusqu’à la retraite. […] Beh c’est comme tout le monde [Il rit]. […] Parce que y a plein de gens qui, si ça commence le travail, tu peux pas [partir à la] retraite avant soixante ans, soixante-cinq ans. Je sais pas le président, ils ont dit soixante-deux ans ou y en a qui [partent] soixante ans aussi. […] Ah là, je sais pas. Parce que c’est les gens qui connaît la retraite [qui peuvent en dire quelque chose]. Parce que moi, j’en sais rien ça. On va te dire quand même que si on a la chance, on aura. Si on n’a pas eu, bon ça c’est final. […] Et beh… tu vas mourir », Karounga, un Malien de 35 ans, agent d’entretien en CDI.

Emeline, février 2020

Karounga, un Malien de 35 ans, originaire de Guka et agent d’entretien en CDI au moment de notre entretien, est arrivé en France en juillet 2006. Avant lui, son père et son oncle maternel étaient en France, venus dans les années 1960. À Guka, Karounga était cultivateur. Puis, avec l’aide de son père, et grâce à l’argent qu’il percevait de sa retraite, il a ouvert un petit commerce. Il y vendait des denrées de consommation courante : sucre, sel, farine, etc. Karounga n’avait pas spécialement dans l’idée de partir pour la France. Mais au vu de ses maigres revenus, il a envisagé de partir lui aussi pour aider sa famille. Arrivé en France, Karounga a décroché un premier emploi en intérim dans le bâtiment. Puis, les missions intérim s’espaçant, en 2007, il a commencé à laver des vitres sur les conseils de son cousin. C’est alors qu’une de ses clientes lui a proposé un contrat dans l’entreprise de nettoyage de son mari. Il travaille depuis pour cette entreprise ; ce qui ne l’empêche pas d’occuper d’autres petits emplois en boulangerie ou encore comme déménageur.

Au moment de notre rencontre, en 2011 quand j’animais des ateliers de français pour le compte d’une association parisienne et qu’il venait assister aux cours, Karounga n’avait pas de papiers. Il travaillait grâce à la carte de son grand frère. L’histoire ne me dira pas si Karounga est maintenant régularisé ; je ne l’ai plus vu depuis maintenant cinq ans. Mais je l’espère. L’histoire de Karounga est celle de tant d’autres.

Contant un bout de l’histoire de Karounga, et qui est celle de tant d’autres, je voudrais apporter un éclairage plus singulier sur la réforme des retraites depuis le travail des sans-papiers. C’est un ensemble de trois billets que je propose comme contribution, aussi maigre soit-elle, à la réflexion collective et publique actuelle. Puissent ces billets permettre d’alimenter de leur petit prisme le mouvement social en cours.

Work in progress…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.