Archives de catégorie : Billets

Au revoir Bara

Au revoir Bara

D’hier à jamais

Pendant près deux ans, j’ai été sa voisine.

Lors de mon emménagement, et peut-être parce que ma thèse portait dessus, la présence de Bara me rassurait.

De mes trajets pour aller au métro, ou pour rentrer chez moi, je me souviens, ces étés durant, de sa présence sur les bancs allant tour, de ses regroupements éparses, de ses vendeuses de bissap qui, le temps d’une pause, s’entretiennent de nouvelles.

Je me souviens de ces soirées, où sur mon passage, j’effleurais ses quelques paroles, prononcées en soninké, en bambara, en peulh, en français…

On m’avait dit, j’avais lu que tu étais le plus gros des foyers d’Ile-de-France, que tu hébergeais la plus grande communauté malienne d’Europe.

Présence d’un passé qui ne passe pas, tu es à présent en état d’être rasé.

De longs mois, tu as été fermé.

Tes résidents se sont retrouvés dispersés : derrière, dans la rue Valette, ailleurs, dans les anciens locaux de l’AFPA…

Aujourd’hui, tu es entrecoupé. Entrecoupé de temps de choses…

Bara…

Comme le disait Martin Heidegger : « Habiter et bâtir sont l’un à l’autre dans la relation de la fin et du moyen » (1951 : 171). Si la littérature est abondante à ton sujet (Sayad 1980, Ginésy-Galano 1984, Barou 1986, 2000, Fiévet 1996, Viet 1999, Simon 2003, Bernadot 2007, pour ne citer qu’elles et eux), je me suis moi-même interrogée sur tes fondements et ta suite. De ce que j’en ai entendu, de ce que j’en ai vu, les Foyers de Travailleurs Migrants (FTM) ont été pendant longtemps considérés comme le logement emblématique d’hommes célibataires, venus vendre leur force de travail en France. Pour autant, bien après, vous subsistez encore. Pour comprendre ce qu’il t’arrivait, c’est du côté de l’anthropologie que je me suis tournée.

Dans le Dictionnaire de l’Ethnologie et de l’anthropologie, sous la direction de Pierre Bonte et de Michel Izard paru en 1991, il n’existe aucune entrée pour le « logement ». Seules les entrées « habitat » et « habitation » sont considérées et distinguées, désignant :

[L’habitation est] Le micro-milieu construit ou aménagé pour la résidence des hommes (et éventuellement pour la protection des animaux, des récoltes, etc.), l’habitation doit être distinguée de l’habitat, mode de répartition des unités d’habitations sur un territoire (p. 317).

Aussi, quelque peu philosophiquement, ai-je cherché à comprendre et à saisir, à travers un habiter et un bâtir, ce à quoi renvoyait ton habitation. Comment le bâtir faisait-il partie de ton habitation ? En d’autres termes, comment ton bâtimentdonnait une demeure à l’homme ? Quelle en était sa nature ? Quelle était cette demeure que tu étais, toi, foyer ? S’agissait-il d’un lieu ou d’un espace ? Tournée vers le foyer, mon objectif n’était pas tant de te décrire finement, mais de comprendre comment tu participais à la fabrication, à la production de communautés de « Travailleurs Migrants », assignées et revendiquées.

© Emeline Zougbédé, juin 2020

Bibliographie

Barou J. (1996). « Du foyer pour migrants à la résidence sociale : utopie ou innovation ? », in

Hommes et Migrations, n°1202, pp. 6-13.

Barou J. (2000). « Foyers d’hier, résidences sociales de demain », in Écarts d’identité, n°94, pp.

17-20.

Bernardot M. (2007). « Les foyers de travailleurs migrants à Paris. Voyage dans la chambre noire », in Hommes et Migrations, n°1264, pp. 57-67.

Bonte P. & Izard M. (dir.) (1991). Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris : Presses Universitaires de France.

Fiévet M. (1996). « Le foyer, lieu de vie économique pour les africains », in Hommes et

Migrations n°1202, pp. 23-28.

Ginésy-Galano M. (1984). Les Immigrés hors la cité. Le système d’encadrement dans les foyers (1973-1982), Paris : L’Harmattan.

Heidegger M. (1951). « Bâtir, Habiter, Penser », in Essais et Conférences, pp. 170-193.

Sayad A. (1980). « Le foyer des sans-famille », in Actes de la recherche en sciences sociales, 1980/32, n°32-33, pp. 89-103.

Simon P. (2003). « Le logement social en France et la gestion des “populations à risques” », in Hommes et Migrations, n°1246, pp. 76-91.

Viet V. (1999). « La politique du logement des immigrés (1945-1990) », in Vingtième Siècle, n°64, pp. 91-103.

Petits prolégomènes sur la prise en charge des Mineur·es non accompagné·es

Petits prolégomènes sur la prise en charge des Mineur·es non accompagné·es

In vino veritas

Image d’Épinal.

nom commun féminin,

estampe au sujet populaire et de couleurs vives

nom donné par Jean-Charles Pellerin (1756-1836), dessinateur, illustrateur et imprimeur français

au XVIIe siècle, l’imagerie employait des artisans graveurs sur bois, sur métal, puis sur pierre, des enlumineurs, dessinateurs et caricaturistes

Serait-ce cette image d’Épinal qui parcourt le monde ?Serait-ce par elle que des foules en nombre viennent grossir nos rangs ?  

Se battraient-elles pour cette image d’Épinal ?

Cet arbre aux feuilles rougeoyantes,

Desquelles poussent des lianes suspendues par un vent,

Pareil à un appel d’air,

Qui laissent à terre des milliers de sacs d’enfants…

Oui, c’est elle ! C’est elle,

Cette image,

Cet arbre,

Ces lianes rompues au vent

Qui ne laissent s’accrocher que quelques impétrants méritants.

Là-haut,

Nichés dans ses feuilles écarlates,

Ils auront la vie en hôtels

Et nous,

Nous en ferons la part belle

Quand nous nous féliciterons d’avoir pris les choses à temps.

C’est au nom de la République, Madame !

Elle ne peut accueillir que les plus vertueux.

On peut bien faire ce qu’on veut.

À bout de souffle,

Ces petits chanceux

Sauront bien qu’ici on s’arrache les cheveux.

Que du fond de leur dortoir,

Il n’y a point de mouroir.

Mais Monsieur,

Ce ne sont que des enfants !

Ne pourrait-on pas être plus accueillants ?

Au Diable Madame !

Ce ne sont pas que des enfants,

Ce sont aussi des immigrants.

À la fois migrant·es et jeunes à protéger, les mineur·es non accompagné·es (MNA) sont devenu·es un sujet important du débat public, avec l’augmentation rapide du nombre de personnes concernées. La question de leur prise en charge soulève des enjeux relatifs à la fois à la protection des personnes vulnérables, à la politique migratoire, et aux répartitions de compétences entre l’État et les collectivités territoriales. Cette question se traduit localement dans des réagencements professionnels, des tensions institutionnelles et les expériences contrastées des jeunes.