Archives de catégorie : Actualités et publications scientifiques

Spécialiser les dispositifs d’accueil et d’accompagnement pour les mineurs non accompagnés : du sur mesure à l’action collective

Ce numéro de la revue Sciences et Actions sociales interroge les politiques publiques et les collaborations intersectorielles qu’elles portent sous l’angle de la réponse aux besoins des jeunes en situation de vulnérabilité

Mon article paru dans ce numéro, à partir de l’étude locale d’un service de l’aide sociale à l’enfance dédié à la prise en charge de mineurs non accompagnés,  documente les manières dont la mise en œuvre de partenariats et de collaborations intersectorielles concourt au travail en protection de l’enfance. On montre que c’est à partir de la prise en compte des vulnérabilités de ces jeunes, autant du fait de leur condition de mineur que d’étranger, et des problématiques – parfois complexes – qui sont les leurs, que se mettent en place des dispositifs spécifiques et expérimentaux qui visent à un meilleur accueil et accompagnement, fondé sur le partenariat et la collaboration intersectorielle.

De qui suis-je le délinquant ? Comprendre la stigmatisation des jeunes étrangers

Ce dossier de la revue Mémoires « Déboutés de l’enfance. Mineurs en quête d’asile » revient sur un certain nombre de discours produits sur les jeunes étranger·ères, ainsi que sur les prises de positions tenues et leurs effets sur les trajectoires et parcours des jeunes.

 

Dans l’article paru dans ce numéro, j’interroge les représentations et la stigmatisation dont font l’objet les jeunes garçons.

Résumé. Depuis les années 1990, il y a eu toute une série d’appellations selon les administrations et les institutions pour catégoriser les jeunes étrangers : « jeunes errants » pour l’Aide sociale à l’enfance (ASE), « mineurs demandeurs d’asile » pour l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), ou bien « mineurs étrangers sans-papiers », même si cette catégorisation est juridiquement incorrecte.. En apparence communes, ces dénominations renvoient pourtant à des régimes administratifs et juridiques différents , instaurent des régimes de représentation particuliers de ces jeunes selon les époques. Ainsi, le passage de la catégorie du « mineur isolé et étranger » (MIE) à celle du « mineur non accompagné » (MNA) s’inscrit-il dans ce même processus. Car, si à partir de 2016, le terme de MNA se substitue à celui de MIE dans un souci d’harmonisation avec la législation européenne, c’est aussi, selon les législateur·rices, avec la volonté de mettre l’accent sur la notion d’enfant plus que sur celle d’étranger, et ainsi d’admettre les jeunes étrangers comme composantes des publics de l’ASE. En ce sens, l’anaphore récurrente inscrite dans de nombreux discours politico-médiatiques qui fait des jeunes étrangers les responsables d’une montée de la délinquance et de l’insécurité dans les villes et les territoires français surprend, autant qu’elle mérite que l’on s’y arrête.

 

 

Au début était la grève. Les grèves du travail des sans-papiers : l’appropriation de routines conflictuelles

© Emeline Zougbédé

Ce dossier de la Revue Européenne des Migrations Internationales « centré sur les effets conjoints des politiques de régulation, tant migratoires qu’économiques » interroge le durcissement des politiques migratoires à l’articulation des politiques de travail.

Dans l’article paru dans ce numéro, je questionne les grèves du travail des sans-papiers soutenues et organisées par la CGT.

Résumé. À travers le cas de quatre grèves ethnographiées entre 2017 et 2019, cet article questionne les grèves du travail des sans-papiers soutenues et organisées par la CGT. Longtemps, ces grèves ont pu apparaître comme des « mobilisations improbables ». Il est ici proposé de les expliciter en montrant combien elles tiennent de l’appropriation de routines conflictuelles. Les grèves dessinent un paysage institutionnel qui intègre la question du travail des sans-papiers à un fonctionnement économique, social et réglementaire, en le mettant à l’agenda syndical et politique. Dans le même temps qu’elle permet la levée de certains obstacles à la protestation collective pour les sans-papiers, l’appropriation de routines conflictuelles autorise l’accumulation de ressources militantes et la conversion d’espaces de négociation. Les récentes grèves du travail des sans- papiers apparaissent donc moins improbables que davantage caractéristiques d’une action stratégique, en l’absence de réelles politiques migratoires de travail.

Abstract. [Once Upon a Time there was a Strike. Undocumented Workers’ Strikes and the Appropriation of Conflictual Routines] Through the case of four strikes observed between 2017 and 2019, this article questions the labor strikes of undocumented workers supported and organized by the CGT. For a long time, these strikes may have appeared as “improbable mobilizations”. This article proposes to make them explicit by showing how much they are the result of the appropriation of conflictual routines.The strikes draw an institutional landscape that integrates the issue of undocumented workers into an economic, social and regulatory functioning, putting it on the union and political agenda.The appropriation of conflictual routines both allows the removal of specific obstacles to collective protest and the accumulation of activist resources, through the opening of spaces of negotiation. The recent labor strikes by undocumented migrants appear less improbable than more characteristic of a strategic action, in the absence of real labor migration policies.

Mineurs non accompagnés et délinquance : déconstruire les info et préjugés

Avec Julien Long, doctorant en Histoire, U. de Nantes, CRHIA & membres du projet MINA 93

Le 1er octobre 2020, une rencontre est organisée, à Rennes, entre Jordan Bardella, député européen et vice-président du Rassemblement National (RN), et des syndicats de policiers. Devant la presse, l’eurodéputé fustige l’augmentation de la délinquance en accusant explicitement les Mineurs Isolés Étrangers (MIE). Corrélant l’augmentation du nombre de ces jeunes avec celle des actes de délinquance, Jordan Bardella fait d’eux les principaux responsables d’un sentiment d’insécurité croissant dans les villes[i]. Plus récemment encore, une mission parlementaire s’est saisie de la question de sécurité publique associée à la présence de Mineurs Non Accompagnés (MNA) (mars 2021). Autant à la lecture du rapport qu’à celle de la synthèse qui l’accompagne, la superposition de problématiques rend confuse l’appréhension des phénomènes de délinquance des MNA.

Or, la complexité de ces phénomènes est réelle, du fait notamment de la difficulté à comptabiliser avec précision ces actes de délinquance, et à identifier la minorité ou la majorité des auteurs de ces actes, ainsi que leur inscription ou non dans des réseaux de trafic plus larges. Ainsi, en l’absence d’informations objectives et complètes accessible au grand public, les propos de désinformation fleurissent et les MNA[ii] sont la cible de discours calomnieux les désignant, dans leur ensemble, comme des délinquants.

Les discours dénonçant l’insécurité liée à la présence de ces mineurs étrangers sont amalgamés aux analyses essentialistes et culturalistes des faits récents de violences entre « bandes de jeunes » dont le milieu culturel d’origine expliquerait leur « ultra-violence ». Les mineurs non accompagnés, définis et perçus comme étant des délinquants, servent alors de bouc-émissaire aux problèmes publics et sociaux.

Pour lire la suite de la « Désinfox », c’est ici.


Notes

[i] Ce que différents articles de presse mettent en avant. Dans un article publié le 1er mars 2021, le quotidien régional Ouest France, relatait une certaine surexposition de nombreuses grandes villes face au phénomène de délinquance des mineurs non accompagnés.

[ii] Nous n’utilisons pas l’écriture adelphique (inclusive) parce qu’il s’agit de mettre l’accent sur le fait que la délinquance apparaît s’écrire davantage au masculin. Ce qui souligne aussi la permanence et prégnance des représentations des masculinités « noires » et « arabes », et des tous les fantasmes qu’elles charrient.

Intégration, une histoire française

 

© Petit Pays, Hocus Pocus, 2007

Le 19 février 2018, le député LRM Aurélien Taché remettait un rapport consacré à l’intégration au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur. Dénonçant d’entrée le manque de cohérence de la politique migratoire française et la faiblesse des dispositifs d’insertion linguistique, économique et sociale, le rapport développe soixante-douze propositions, devant permettre à terme la mise en place d’une politique d’intégration effective et efficiente. Mais de quoi parle-t-on précisément quand on parle d’intégration ? Le terme est ambigu et recouvre aussi bien un objet de politiques que des formes de participation à la vie en société. De manière plus saisissante, c’est bien souvent par les échecs d’une politique d’intégration ou le manque d’efforts dénoncés des populations pour s’intégrer que le débat public s’empare de la question de l’intégration. Dans Étrangers, immigrés : (re)penser l’intégration. Savoirs, politiques et acteurs, Marie-José Bernardot, en intime des politiques publiques d’intégration, propose d’éclairer le débat et « […] de contribuer, modestement, à la diffusion des savoirs dans le domaine des migrations et de l’intégration des immigrés et à la connaissance des politiques publiques en la matière » (p. 7). Recourant à des approches historique, démographique, sociologique, politique et à la statistique publique, l’auteure dresse un portrait du fait migratoire en France et des politiques d’intégration, qu’elle veut nécessaire et objectif. Si c’est par des entrées thématiques que l’auteure nous y convie, nous faisons le choix d’une présentation chronologique pour scruter les ruptures et les permanences des politiques françaises d’intégration.

Pour retrouver la recension complète sur La Vie des idées, c’est ici. Dans De Facto, c’est ici.

Séminaire : Figures du travail migrant

Séminaire de l’axe “Travail & Migrations”

ICM-Département Policy

 

FIGURES DU TRAVAIL MIGRANT

 

L’objectif de ce séminaire est d’analyser l’articulation entre travail et migration à partir d’une double entrée : d’une part la centralité du travail dans la construction des politiques migratoires comme des trajectoires migrantes ; d’autre part la manière dont les politiques migratoires contribuent à façonner les marchés du travail nationaux, notamment en termes de segmentations. Dans cette perspective et se plaçant aux côtés de la réflexion d’autres séminaires comme le séminaire MIGRTRAV, le séminaire vise à interroger les « figures du travail migrant », historiques comme contemporaines : migrant·es sans-papiers, travailleur·ses domestiques, saisonnier·ères agricoles, travailleur·ses détaché·es, réfugié·es en bénévolat, etc. ; et les politiques qui participent de leur mise au travail.

Contacts : dveron@me.com, emeline.zougbede@hotmail.fr

SAS : Les démocraties à l’épreuve des migrations contemporaines

Emeline Zougbédé


Ce numéro de  Sciences et Actions sociales « entend participer à la compréhension des enjeux relatifs aux migrations et aux mobilités contemporaines en les envisageant comme des coproductions impliquant une diversité d’acteurs et d’espaces (migrants, acteurs politiques et institutionnels, mobilisations sociales pro ou anti-migrants, forces de l’ordre, médias, travail social, ONG, gestionnaires de “centres”, école, etc.) ».

Dans l’ article paru dans ce numéro, je relate les manières dont l’application  de la circulaire du 28 novembre 2012, dite circulaire Valls, amène à penser la mise en oeuvre d’une frontière entre “bons” et “mauvais” travailleurs sans-papiers.

Résumé. À travers l’examen du processus d’admission exceptionnelle du séjour au titre du travail que met en place la circulaire du 28 novembre 2012, cet article entend montrer comment une politique de régularisation participe de ce que l’on peut qualifier de « politiques de la frontière ». L’analyse de cette politique amènera à examiner les mécanismes qui commandent une partition entre « bons » et « mauvais » travailleurs « sans-papiers », entre travailleurs régularisables et irrégularisables. Il importera ainsi de démontrer que la régularisation par le travail impose à celles et ceux qu’elle commande une discipline à observer, symptomatique de formes contemporaines de biopouvoir et participe de fait à un dispositif de sélection des migrant·es.

Plein droit : Illégaliser, régulariser par Emeline Zougbédé

Ce numéro de la revue Plein Droit est consacré aux politiques de régularisation.

Dans un article paru dans ce numéro, je rend compte d’une partie de ma recherche sur les régularisations par le travail de travailleurs sans-papiers à Paris.

Résumé. La circulaire Valls du 28 novembre 2012, qui, depuis cette date, régit l’admission exceptionnelle au séjour des étrangers en France, s’est imposée au fil des ans comme une règle de droit. Au nom du régime de l’exceptionnalité, ce n’est pas tant l’évaluation des situations que la mesure de la patience, de l’endurance, qui finit par justifier de régulariser les étrangers et les étrangères. Dans cette logique, la définition des critères de régularisation par le travail est l’enjeu de négociations entre la préfecture de Paris et la CGT.