On est là ! Mobilisation au Terrasse de Pomone

On est le dimanche 6 octobre. Le Terrasse de Pomone ferme. Devant la dernière fenêtre encore ouverte, une cinquantaine de grévistes sans-papiers et une dizaine de leurs soutiens CGT reprennent des slogans en coeur. On entend ici et là, au son des tambours : « Des cerfas et on s’en va ! », « On n’est pas fatigués ! ». Cette sixième journée de mobilisation touche à sa fin. Bientôt, il faudra ranger, rentrer et revenir demain.

Depuis le mardi 1er octobre, cent-cinquante travailleurs sans-papiers se sont mis en grève. Ils sont des travailleurs des secteurs de l’hôtellerie-restauration, du nettoyage, du bâtiment, de la logistique, du livre. Soutenus par la CGT, ils revendiquent la régularisation de leur situation administrative qui permettrait la régularisation de leur situation de travail. Si les sept salariés de l’entreprise de nettoyage Teamex, sous-traitante des cinémas UGC-Ciné Cité dont celui de Bercy ont fait une grève éclair – trois heures après le début de la mobilisation, ils obtenaient déjà les cerfas, pièce cardinale du dossier de régularisation – pour d’autres, la bataille se joue encore. Au Terrasse de Pomone, on est là…

Quand le jardin des Tuileries déroge au droit du travail

Makansira, Mody, Bandjougou et Bande sont tous les quatre salariés du Terrasse de Pomone, en tant que plongeurs et/ou commis de cuisine. Tous travaillent sous leur nom excepté Bande qui travaille sous un nom d’alias, soit avec le titre de séjour d’une personne en situation régulière. Au printemps 2019, ils ont contacté la CGT, excédés par leurs conditions de travail. En effet, tous sont embauchés en contrat saisonnier et travaillent jusqu’à quinze heures par jour sans être assurés du paiement de leurs heures supplémentaires.

Le droit français définit le contrat saisonnier comme un contrat de travail qui permet l’exécution de tâches normalement appelées à se répéter chaque année, à des dates à peu près fixes, en fonction du rythme des saisons (récoltes, cueillettes…) ou des modes de vie collectif (tourisme…). Si différents secteurs d’activités ont recours au travail saisonnier, et la littérature sociologique fourmille d’exemples à ce sujet, nombreuses études amènent à penser qu’il s’agit là d’une manière de fixer une main-d’oeuvre, en grande partie étrangère et rémunérée à bas coûts (voir les travaux de Frédéric Décosse, 2016, 2017)i. C’est quelque peu le cas de Makansira, aujourd’hui gréviste. Arrivé en France en juillet 2015, cela fait maintenant trois ans qu’il travaille pour Le Terrasse de Pomone avec ce type de contrat.

S’il est stipulé, sur le site du ministère du Travail, que sous certaines conditions, des contrats saisonniers successifs peuvent être conclus avec le même salarié. De même, ils peuvent comporter une clause de reconduction, la reconduction du contrat ne peut se faire que sous certains termes : Le contrat de travail peut comporter une clause prévoyant sa reconduction d’une saison à l’autre. Précaution à observer pour éviter la requalification du contrat en contrat de travail à durée indéterminée : la rédaction de la clause ne doit pas avoir pour effet d’imposer la reconduction automatique. Elle doit simplement prévoir une priorité d’emploi en faveur du salarié. Or, depuis 2017, Makansira cumule à son actif plus de vingt-sept fiches de paie, attestant de l’illégalité de sa situation d’emploi et de l’infraction dont se rendent coupables ses employeur/se·s. Par ailleurs, on ne peut pas dire que les employeur/se·s du Terrasse de Pomone ne suspectait la situation irrégulière de certains de leurs salariés. En effet, un décret de mai 2007 oblige tou/te·s les employeur/se·s à procéder à une vérification systématique des titres de séjour présentés pour toute nouvelle embauche auprès des préfectures. Si trois des quatre salariés, aujourd’hui en grève, travaillent sous leur nom, soit avec un titre de séjour qui n’est pas en règle, les employeur/se·s se défaussent, arguant avoir fait les démarches nécessaires auprès de la préfecture, restées sans réponse. Si tel est le cas, elles et ils dérogent pourtant bien au droit du travail en faisant entre autres cumuler les contrats saisonniers.

Grève au jardin des Tuileries

C’est une grève qui s’annonçait à la fois simple et compliquée. Douze piquets à tenir en Ile-de-France, en s’assurant de la victoire – soit la délivrance de tous les documents employeurs qui permettraient aux grévistes d’obtenir la régularisation de leur situation administrative – et de la sécurité. Des différents piquets, celui du Terrasse de Pomone semblait le plus éclair mais le plus problématique à tenir. En effet, situé au coeur du jardin des Tuileries, le cabanon et sa terrasse sont placés sous la dépendance du musée du Louvre, lui-même sous l’autorité de l’Etat ; ce qui annonçait une mise en visibilité et une médiatisation express de la grève. En outre, le jardin des Tuileries ferme le soir et est gardé par des maîtres-chiens. Espace public, l’occupation de nuit n’était pas permise. Peu importait finalement : s’il fallait, le piquet serait planté chaque matin. C’était peu dire…

Nous voilà le mardi 1er octobre. Les quatre salariés sans-papiers du Terrasse de Pomone et leurs soutiens cégétistes pénètrent dans le jardin des Tuileries. 9 heures 30, la grève commence. Les drapeaux CGT sont levés. Mais l’ambiance est tendue. Si une des employeur/se·s a écouté les revendications des grévistes, la discussion n’est pas pour autant engagée. Sous un ciel capricieux et une pluie parfois battante, les grévistes tiennent le piquet. Mais le temps passe. Si pour d’autres grévistes déjà des cerfas sont en cours d’établissement (pour les travailleurs des entreprises Polipro, Teamex et Le Flandrin), aux Tuileries, la situation reste inchangée. Il faudra reconduire le piquet demain.

Trois jours sont passés. Malgré le passage de nombreux soutiens dont des élu·e·s de la Ville, la direction reste murée, campée sur ses positions. Elle réitère sa demande de face-à-face qu’elle veut avoir avec les seuls grévistes. Ce qui aux yeux des soutiens cégétistes n’est absolument pas amendable. Le piquet sera reconduit, encore et encore.

Tenir le piquet : une solidarité à l’épreuve du temps

Dimanche 6 octobre. C’est une belle journée d’automne. Le soleil perce entre les arbres en cet fin d’après-midi. Les feuilles prennent déjà leurs couleurs d’automne. Sur le piquet, l’ambiance est plutôt festive. Depuis quelques jours, les salariés du Terrasse de Pomone ont été rejoints par d’autres grévistes : ceux de KFC ou encore de Proman sont là pour les soutenir. Si des petits groupes se forment et prennent place sur les chaises vertes du jardin, une majorité des grévistes entonnent sans pause des slogans. Jouant du tambour, sous l’oeil tantôt complice, tantôt goguenard du badaud, ils scandent ce qui a fait la réussite d’autres grèves : « On bosse, on vit ici, on reste ici ! ».

Il est vers les 16 heures. Le Terrasse de Pomone s’apprête à fermer. Un des employeur/se·s est là. Il ne regardent pas les grévistes. « C’est chaud ! Il a la tête comme un caillou. C’est quatre personnes, c’est pas beaucoup », me lance Moussa, gréviste de Proman. La situation paraît inconsidérée. Pourquoi la direction se refuse-t-elle à régulariser ses salariés ? Par ailleurs, pourquoi considère-t-elle être dans son bon droit, alors même qu’il est prouvé qu’elle déroge au droit du travail ?

Les grévistes et leurs soutiens CGT sont remontés : « C’est pas la restauration du jardin du Louvre qui va déroger au droit du travail », lance un militant CGT. Une autre journée touche à fin. Comme à chaque soir, depuis maintenant presqu’une semaine, les grévistes se rassemblent et font le point. Le délégué du piquet annonce dans le mégaphone : « Bonsoir tout le monde. Justement pour vous remercier. On a commencé ensemble. On va finir ensemble […] ». C’est une solidarité qui fait tenir le piquet. Demain, ils reviendront et continueront ensemble, pour finir ensemble.

Coup de théâtre au jardin

Mardi 8 octobre. Sur les coups de dix heures, le piquet se met en place sous une pluie torrentielle. C’est le huitième journée de grève. Le jardin est désert. Les touristes sont parti·e·s se mettre à l’abri. On accroche la banderole, celle qui a vu tant d’autres mouvements : « Nous sommes des travailleur·se·s de France. On bosse ici !, On vit ici !, On reste ici ! Régularisation des travailleur·se·s sans-papiers ». Malgré la pluie, le moral est là. Mais quelque chose a changé.

Si hier une des employeur/se·s avait affiché son total mépris face aux revendications de ces salariés en se limant les ongles à la vue de toutes et tous, quelque chose est en train d’arriver. La direction du musée du Louvre et la Direccte sont entrées dans les négociations depuis hier pour contraindre les employeur/se·s du Terrasse de Pomone à remplir leurs obligations.

13 heures. La direction du Terrasse de Pomone cède enfin. Une semaine après le début de mouvement, les grévistes obtiennent satisfaction : des cerfas en bonne et due forme dont la requalification en CDI du contrat de travail de Makansira sont en cours d’établissement.

Cette grève touche enfin à sa fin.

i Décosse, F. 2016. « Persistent unfree labour in French intensive agriculture : an historical overview of the ‘OFII’ temporary farmworkers programme », in Migration and agriculture : mobility and change in the Mediterranean area, éd. par Alessandra Corrado, Carlos De Castro, et Domenico Perrotta, Londres : Routledge, p. 183-197. ; Décosse, F. 2017. « « Wanted but not welcome ». Les programmes de migration temporaire à l’épreuve du temps », in Migrations et temporalités en Méditerranée : les migrations à l’épreuve du temps, XIXe-XXIe siècle, éd. par Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard, et Pierre Sintès, Paris : Karthala, p. 143-156.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.