Sociologies d’une main-d’œuvre sans-papiers

À partir d’une ethnographie détaillée des différentes mobilisations collectives de travailleur/se·s sans-papiers qui ont lieu en Île-de-France, soutenues par différents associations, syndicats dont la CGT et collectifs, ce carnet de recherche se propose d’alimenter une réflexion sur le travail des sans-papiers. Par l’étude et l’analyse des stratégies et formes de mobilisation, ainsi que les réponses apportées par l’État et les organisations patronales, il s’agit de saisir les manières dont ces grèves posent la question du travail des sans-papiers. On verra comment ce travail prosographique permet de mettre à jour des jeux d’alliances et de mésalliances, d’unions et de désunions, d’affections et de désaffections entre différents acteurs : l’Etat, les soutiens des travailleurs sans-papiers, les employeur/se·s et les travailleur/se·s. Au-delà, ce carnet de recherche entend approfondir la réflexion sur les liens qui existent entre les politiques migratoires, le travail et l’emploi de migrant·e·s sans-papiers et se propose à ce titre de faire les sociologies d’une main-d’oeuvre sans-papiers.

Si ce carnet de recherche adopte résolument une perspective sociologique , il se veut être lisible de toutes et tous.


Une réflexion sur « Sociologies d’une main-d’œuvre sans-papiers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.